L’Institut national de la Jeunesse et de l’Education populaire

Publié le : jeudi 13 janvier 2005 - Modifié le : vendredi 21 octobre 2016

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) est un établissement public national placé sous la tutelle du ministre chargé de la jeunesse, portefeuille condié actuellement au ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

L’INJEP porte l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, ainsi qu’un centre de ressources destiné aux professionnels et décideurs du secteur. Il est également l’opérateur du programme européen « Jeunesse en action » que finance la Commission européenne. Il fait enfin partie, avec l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) et l’association France volontaires, du groupement d’intérêt public constituant l’Agence du service civique.

Le 26 janvier 2010, les missions et l’organisation de l’INJEP ont été redéfinies par un nouveau décret :

observer et analyser les pratiques et les attentes des jeunes et les politiques et les actions qui leur sont destinées ;
participer à leur évaluation ;
réaliser et diffuser des études et des analyses conduites dans ces domaines aussi bien sous forme papier que numérique ou dans le cadre de conférences, séminaires, colloques ou rencontres ;
contribuer à la connaissance et à l’analyse des politiques en faveur de la jeunesse des autres pays, particulièrement de l’Union européenne ;
exercer une veille documentaire et constituer un centre de ressources pour les acteurs de la jeunesse et de l’éducation populaire ;
proposer, en complémentarité avec ces missions, des activités de formation, d’études et de conseil, ou sa participation à l’organisation de manifestations en faveur de la jeunesse.
L’INJEP a ainsi vocation à fonctionner comme un centre d’expertise et un laboratoire d’idées au service des acteurs de la jeunesse. Ses orientations stratégiques ont été précisées dans le projet d’établissement présenté au conseil d’administration en juillet 2010 puis déclinées dans le contrat d’objectifs et de performance 2010-2012 signé avec le ministère le 3 décembre 2010.

Consulter le site de l’INJEP

Dans la même rubrique

2 décembre 2016

Le référentiel de la co-construction territoriale

69% des Français, 81% des dirigeants d’entreprise et 86% des responsables associatifs expriment un « devoir d’alliances » pour répondre aux fragilités des territoires. 87% des maires sont également convaincus que les partenariats sont source (...)
29 mai 2007

Une liste actualisée des associations reconnues d’utilité publique

Le ministère de l’intérieur propose sur son site une liste mise à jour des associations reconnues d’utilité publique, des fondations reconnues d’utilité publique et des fondations d’entreprise.